Développer un autre discours sur les données relatives aux DESC

REUNION DE STRATEGIE DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA SURVEILLANCE
Date de publication : 
Lundi, 11 mars 2019

Du 29 janvier au 2 février, à Mexico, le Groupe de travail du Réseau DESC sur la surveillance a tenu sa première réunion de stratégie. La réunion a réuni 20 membres du Réseau DESC dans le but de discuter des principales difficultés que pose l’utilisation de données pour promouvoir les droits socio-économiques, élaborer une analyse commune des améliorations qu’il conviendrait d’apporter aux données et  explorer les possibilités d’action collective.

Pour lire le compte-rendu intégral de la réunion, cliquez ici

Ce dont nous avons parlé :

Pendant les deux premières journées, nous avons discuté de nos propres expériences de collecte et d’utilisation de données pour la promotion des droits économiques, sociaux et culturels. Nous avons identifié les principales difficultés que nous rencontrons dans la collecte et l’utilisation de données relatives aux DESC, concernant notamment:  la disponibilité et l’accessibilité, la légitimité et la crédibilité, la représentation et la ventilation, la capacité à recueillir des données et des questions liées à la protection de la vie privée et à la sécurité.

Après avoir identifié les difficultés que nous rencontrons dans la cueillette et l’utilisation de données pour la promotion des DESC, nous avons passé du temps à discuter du type de données que nous aimerions voir.  

Points saillants de ces discussions:

  • Le discours dominant concernant les données — qui présente les données quantitatives produites par les gouvernements comme objectives et crédibles, et les données (souvent qualitatives) représentées par des communautés comme biaisées et illégitimes — devrait être rejeté.  Les données dures sont aussi biaisées et les données gouvernementales présentent souvent de sérieuses lacunes quant à la façon dont elles sont recueillies, interprétées et présentées.  

  • Les données — surtout les données officielles — devraient s’aligner sur les normes et les obligations relatives aux droits humains. Elles devraient être disponibles et accessibles pour les communautés de façon à ce qu’elles puissent vraiment servir à éclairer les décisions qui concernent leur vie.   

  • Les communautés devraient jouer un rôle central pour ce qui est de déterminer quelles données sont importantes et comment les recueillir, de sorte qu’elles traduisent différentes identités et perspectives.
  • Pour la collecte et l’utilisation de données, une attention particulière devrait être accordée à la protection de la vie privée et à la sécurité des personnes qui pourraient être touchées au cours du processus.  

Pour rendre cette vision plus concrète, nous avons défini et élaboré quatre grands principes qui, s’ils sont appliqués, rendraient les données « fiables » du point de vue des droits humains.  Ceux-ci concernent la disponibilité et l’accessibilité des données, la ventilation et la représentativité, la participation et l’appropriation communautaires et la protection de la vie privée et la sécurité.

Ce que nous voulons faire ensemble en 2019

1.  Promouvoir un autre discours sur les données relatives aux DESC

- À partir des quatre principes préliminaires élaborés pendant la réunion, nous aimerions formuler une position collective sur les données relatives aux DESC. Cette position viendra renforcer et élargir les quatre principes élaborés pendant la réunion en faisant appel aux observations d’autres membres de notre réseau et d’alliés extérieurs sur leur expérience de l’utilisation de données relatives aux DESC et en recherchant des critiques existantes de données et d’approches des données fondées sur les droits humains.  

- Pour aider les membres du Réseau DESC à plaider en faveur de l’amélioration des données relatives aux DESC: nous élaborerons une série d’outils que les membres pourront utiliser dans leur plaidoyer — au niveau national et international — visant à améliorer la façon dont les données relatives aux DESC sont recueillies, utilisées et rendues disponibles.

2. Appuyer les communautés dans la collecte de leurs propres données:

Pour faire prévaloir les points de vue des communautés et remédier à certaines des difficultés en matière de ressources, le Groupe de travail sur la surveillance aimeraient appuyer les communautés dans la collecte de leurs propres données.  En tant que membres du Réseau DESC, nous estimons que la meilleure façon de procéder, c’est de travailler avec les mouvements sociaux membres du Réseau DESC pour renforcer la vision énoncée dans la Charte pour la lutte collective.  À cette fin, en 2019, nous prévoyons entretenir des conversations et des échanges, en ligne et en personne, avec les mouvements sociaux membres du Réseau DESC afin de définir leurs besoins en matière de recherche et de documentation et des façons dont le Groupe de travail sur la surveillance peut appuyer leur travail.  

 

Pour en savoir plus sur la réunion, vous pouvez consulter ce bref compte-rendu en anglais ou en espagnol.

 

Si vous souhaitez prendre part à cet effort, veuillez communiquer avec : fferuglio@escr-net.org