Les droits humains doivent être prioritaires dans la réponse au COVID-19

Date de publication : 
Vendredi, 20 mars 2020

Les droits humains doivent être prioritaires dans la réponse au COVID-19

 

Le Réseau-DESC, en discussion avec le Conseil d'administration et les membres co-organisant les événements et actions à venir, a pris la difficile décision d'annuler tous les événements au moins jusqu'à la fin du mois de mai 2020. Ce faisant, les membres ont souligné à plusieurs reprises la nécessité de plaider pour la primauté des droits humains dans toutes les réponses immédiates au COVID-19 / coronavirus, ainsi que dans les réponses à plus long terme pour remédier aux défaillances structurelles révélées par cette pandémie.

La pandémie et la réaction des acteurs étatiques, des entreprises et autres acteurs non étatiques ont le potentiel d’exacerber précisément le type d’inégalités intersectionnelles intolérables au cœur des luttes de nombreux membres pour la justice sociale. Les préjudices peuvent être intensément amplifiés par la stigmatisation, les abus racistes, la xénophobie, les vindictes populaires, les restrictions draconiennes, la peur, l'ignorance, l’imposition injuste du fardeau et le manque de soins appropriés pour les personnes les plus touchées. La pandémie mettra en évidence des failles inacceptables dans l'accès universel aux soins de santé et soulignera les brèches des systèmes de santé publics démantelés; les droits des travailleurs à des conditions sûres et équitables, à des congés payés et à la sécurité de l’emploi; la répartition équitable entre les sexes et la fourniture publique de soins; l'accès aux ressources vitales et aux services publics, y compris l'éducation; les protections contre la dépossession, ce qui comprend les expulsions et les saisies dans un contexte de quarantaine et de crise économique; la protection contre la violence sexospécifique, les incidents augmentant dans un contexte d’isolement obligatoire; l'accès à une participation significative à l'élaboration des politiques; une gouvernance transparente; et plus.

Une approche de la pandémie fondée sur les droits humains peut s'appuyer sur les principes fondamentaux des DESC, qui exigent des réponses officielles opportunes, délibérées, concrètes et ciblées qui accordent la priorité aux besoins des personnes des groupes défavorisés et en situations graves, tout en respectant les garanties d'égalité et le non -arbitraire et le respect des droits à l'information, à la participation, aux soins de santé et aux déterminants fondamentaux de la santé et de la sécurité en cas de chômage ou de maladie, entre autres droits.

À un niveau plus systémique, la lutte contre cette pandémie à travers une approche fondée sur les droits humains implique que les États exigent de faire passer les gens avant le profit, de revoir les priorités en matière de dépenses publiques et d'allocation des ressources, et de contrer les mesures d'austérité néfastes qui ont compromis l'accès à des niveaux de vie adéquats, aux droits sociaux et aux filets de sécurité sociale. Certains gouvernements prennent des mesures pour donner la priorité au bien commun, même au risque de limiter la croissance économique, et le font en faisant appel à un sens de la responsabilité collective. Cela pourrait fournir des précédents précieux pour des luttes de longue date pour mettre en oeuvre les DESC.

En effet, de nombreux membres à travers le monde opèrent depuis longtemps dans des zones touchées par des conflits et dans des luttes de libération, se battant contre des inégalités structurelles et l'appauvrissement dans un contexte d'abondance, défendant l'environnement et œuvrant pour la justice climatique, et font souvent face aux menaces des entreprises et des représentants de l'État. Ces crises trop souvent négligées nécessitent également des réponses urgentes et efficaces, un fait qui ne sera que aggravé par la pandémie. Face aux défis mondiaux, la Charte commune du Réseau pour la lutte collective met l'accent sur la nécessité de revendiquer les droits humains, de mettre en lien les luttes entre les régions, de placer au centre les mouvements sociaux et les groupes communautaires de base issus des communautés affectées et résistantes, et d'articuler des alternatives à l’actuel modèle socio-économique dominant .

Garantir les droits humains pour tous est impératif en temps de crise et cela renforce la santé publique.

Alors que nous travaillons ensemble pour faire avancer les droits humains et la justice sociale pendant ce défi mondial, le Réseau-DESC envisage de créer un espace pour les discussions, l'analyse et les réponses collectives des membres, attentifs aux défaillances systémiques révélées et qui exacerbent cette crise, ainsi qu'aux alternatives qui émergent de collectivités et qui remodèlent idéalement la politique et les pratiques gouvernementales. Dans l'intervalle, nous souhaitons partager certaines des précieuses déclarations émises par les membres: