Grève Mondiale des Femmes: pourquoi, au milieu d’une crise mondiale, construire un avenir féministe est important

Date de publication : 
Lundi, 4 mai 2020

À l'occasion de la Journée internationale de la femme de 2020, des Philippines, de l'Inde, des Fidji, du Népal, du Royaume-Uni, du Mexique, de l'Argentine et de l'Équateur au Paraguay, plus d'un million de femmes diverses, de 60 pays, ont organisé une grève mondiale des femmes pour mettre en évidence les injustices auxquelles elles continuent de faire face et à exiger des changements structurels pour faire avancer leurs droits humains. Aujourd'hui, alors que le monde se prépare et répond à la pandémie de COVID-19, les revendications politiques formulées collectivement par la Grève Mondiale des Femmes pour un changement systémique sont plus importantes que jamais: le COVID-19 n'est pas neutre en termes de genre, et la pandémie frappera probablement de manière disproportionnée les femmes partout dans le monde, en particulier celles des communautés pauvres et marginalisées.

Les membres du Réseau-DESC dans le monde entier se sont engagés à façonner la déclaration politique de la grève: «Nous voulons des modèles de développement alternatifs qui placent les gens et la planète au coeur, respectent les droits humains, la souveraineté alimentaire et la justice climatique. Nous voulons un travail décent et un salaire décent pour toutes les femmes. Nous voulons que le travail de soins non rémunéré soit reconnu, réduit et redistribué équitablement. Nous voulons que la violence sexiste cesse. Nous voulons que les abus des entreprises cessent. Nous exigeons un accès juste aux ressources, au pouvoir et aux opportunités. Nous exigeons que nos voix soient entendues, écoutées et protégées. Nous voulons un changement systémique, et nous le voulons maintenant. »

Les grèves coordonnées rappellent que 25 ans après que les gouvernements se sont réunis pour adopter la Déclaration et le Programme d’action de Beijing pour les droits des femmes, ces promesses n’ont pas été tenues et l’oppression structurelle contre les femmes persiste.

L'épidémie de coronavirus pourrait intensifier dans le monde entier cette oppression économique, politique et sociale, entraînant une augmentation de la violence domestique pendant les périodes de confinement et une intensification de la militarisation; intensifier les difficultés économiques des femmes représentées de manière disproportionnée dans le secteur informel et dans les emplois aux conditions de travail précaires; amplifier la division du travail selon le sexe et celle du travail de soins non rémunéré et rémunéré, qui sont généralement effectués par des femmes, actuellement en première ligne de la pandémie. La pandémie ne fait pas de discrimination, mais les systèmes d’oppression croisées le font. Les femmes confrontées à une discrimination, une exclusion et une violence multiples et croisées sont les plus touchées.

197716354624354

Comité Ambiental en Defensa de la Vida, Colombia.

La grève a mis en relation un large éventail de luttes autour des droits économiques, sociaux et culturels des femmes: femmes syndicalistes, autochtones, paysannes, des communautés de pêcheurs défendant leurs terres, militantes en faveur de la justice climatique, et de nombreuses autres femmes mobilisées dans le monde.

«En tant que travailleuses domestiques, nous appelons les femmes qui ont subi des violences et du harcèlement au travail et qui ont été exploitées de nombreuses manières, à défendre leurs droits, et celles qui n'ont pas subi de tels abus, à se mobiliser par solidarité» , déclare Ida LeBlanc, présidente de la National Union of Domestic Employees de Trinité et Tobago, membre qui a servi de centre de liaison pour la région des Caraïbes.

Les caravanes culturelles, les représentations théâtrales communautaires, les concerts, les manifestations, les marches et les débats font partie des diverses manières dont les participants se sont soulevés pour protester dans leurs régions et communautés locales à travers le monde.

 

Même dans des contextes où des restrictions à la réunion publique avaient déjà été mises en place en raison de la crise COVID-19, nous avons vu des membres développer de manière créative et opportune d'autres alternatives pour faire entendre leur voix et promouvoir leurs revendications politiques via le site Web de la grève et les réseaux sociaux.

►Voir la vidéo de Coordinadora Andina de Organizaciones Indígenas: 

 

L'action mondiale coordonnée a mobilisé des femmes dirigeantes du monde entier, galvanisant une résistance collective pour réagir et formuler notre vision d'un avenir féministe.

«Notre avenir exige un changement de système pour changer les relations de pouvoir actuelles - où les femmes et les filles dans toute leur diversité ont le pouvoir de prendre des décisions sur leur propre corps, leur travail, leurs ressources et l'avenir de leurs communautés et de la planète. Nous savons que le changement ne viendra pas des «élites» politiques ou économiques, mais des actions collectives structurées des mouvements féministes et populaires. La grève mondiale des femmes vient d'ouvrir cette voie et continuera à organiser des actions directes transversales pour mettre fin aux inégalités, à la discrimination, à la violence et aux oppressions '', a déclaré Misun Woo, coordinatrice régionale du Asia Pacific Forum on Women, Law and Development (APWLD), membre qui a lancé la campagne et a servi de centre de liaison pour la région Asie.

Twitter Women's Global Strike 

 

Nous remercions et félicitons toutes les membres qui se sont activement engagés dans la grève mondiale des femmes et ont assuré un leadership dynamique dans leurs pays et / ou régions pour montrer au monde pourquoi le leadership des femmes est important dans la construction d’un avenir féministe.


¿Cómo seguimos adelante?

» Bien que cette Grève Mondiale des Femmes ait mobilisé diverses femmes et communautés à travers le monde, nous continuerons de renforcer la solidarité et de repenser la grève mondiale des femmes de 2021. Nous voulons tirer des leçons de cette première expérience et continuer à renforcer le pouvoir des femmes! Participez à l'évaluation de la Grève mondiale des femmes de 2020. Contactez Viviana Osorio (vosorio@escr-net.org).

» Lisez ici notre analyse commun sur Covid-19 et les DESC des femmes

À venir bientôt: rapport de la campagne en mai!