Des stratégies en évolution pour surmonter l'emprise des entreprises

Date de publication : 
Lundi, 13 janvier 2020

Vingt membres du réseau-DESC se sont réunis à Ramallah, Palestine, du 11 au 15 novembre 2019 pour discuter de stratégies collectives visant à surmonter l’emprise des entreprises sur le marché pour les deux années à venir.  

La réunion, qui a été co-organisée par Al-Haq en partenariat avec Adalah, a rassemblé divers défenseurs et militants des entreprises et droits humains, auxquels se sont joints plusieurs membres du Groupe de travail de suivi du Réseau-DESC et du Groupe de travail pour une campagne à l'échelle du réseau. Ensemble, les participants ont forgé des stratégies collectives pour surmonter l'emprise des entreprises, comprise comme une influence indue d'une élite économique sur les décideurs et les institutions publiques.

La réunion stratégique a été organisée par le Groupe consultatif du projet sur l'emprise des entreprises, qui comprend des membres du Groupe de travail sur les Entreprises et Droits Humains du réseau : Al-Haq (Palestine), la Natural Resource Women Platform (Libéria), le Comité Ambiental en Defensa de la Vida (Colombie), Corporate Accountability (États-Unis), Above Ground (Canada), Citizen News Service (Inde), le Sierra Leone Network on the Right to Food (Sierra Leone) et PODER (Mexique).

La réunion a commencé à examiner des cas de l'emprise des entreprises dans divers pays, y compris dans des contextes touchés par des conflits et des occupations.  Les participants ont pris connaissance des expériences du Salvador (partagées par El Movimiento Unificado Francisco Sanchez (MUFRAS 1932) et des tentatives de monopolisation du gouvernement et des décisions concernant l'utilisation des terres, en particulier par le secteur extractif. Un cas impliquant l'emprise d'entreprises dans le Golan syrien sous occupation a été présenté par un représentant d'Al-Marsad. Du Guatemala, un représentant du Consejo de Pueblos Wuhxtaj a décrit la collusion entre le gouvernement et les sociétés minières, en particulier par la manipulation de la communauté, notamment par la fourniture de fausses informations et la criminalisation des dirigeants communautaires. Un représentant de la Fondation Manushya a également donné des exemples de l'emprise d'entreprises en Thaïlande, dans le contexte des industries extractives et de la construction de grands barrages.

Dans le but d'élargir notre compréhension commune de la dynamique du pouvoir entre les différents acteurs dans les cas de l'emprise des entreprises et de développer des stratégies pour changer cette dynamique, les participants se sont ensuite engagés dans une cartographie du pouvoir des acteurs impliqués dans l'emprise des entreprises.

Au cours de la réunion stratégique, Al-Haq a organisé une visite « entreprises et droits de l'homme », illustrant comment les entreprises ont pris le contrôle de certaines des zones les mieux dotées en ressources du territoire palestinien sous occupation, avec le soutien financier et administratif du gouvernement israélien. Le cas d'Ahava, une société de cosmétiques ayant la seule licence d'extraction de minéraux de la mer Morte dans le territoire palestinien occupé pour des produits destinés au monde entier, a servi d'exemple frappant de la participation de la société à l'entreprise de colonisation israélienne qui comprend à la fois des colonies résidentielles, industrielles et agricoles - qui sont toutes illégales au regard du droit international. Vous pouvez consulter une visite virtuelle d'Ahava ici. Le groupe a également visité une communauté bédouine palestinienne dans le village d'Al-Oja qui fait face à des attaques de colons et d'entreprises israéliennes qui sont illégalement positionnées dans les locaux de leur communauté, forçant l'enclavement des terres et des dépôts d'eau.

 

Les cas et la cartographie du pouvoir ont servi à éclairer l'articulation collective des stratégies et des actions communes nécessaires pour surmonter l'emprise des entreprises à différents niveaux. Les discussions ont souligné la nécessité des plateformes d'apprentissage mutuel et d'analyse de partage et ont mis en évidence que pour renforcer la solidarité, l'action collective sur l'emprise des entreprises doit continuer à être ciblée et organisée. Des possibilités de renforcer le travail organisé sur des objectifs spécifiques de plaidoyer ou de campagne ont également été identifiées.

Parmi les objectifs identifiés au cours de la réunion stratégique, on peut citer :

  1. Établir des partenariats avec les communautés et les mouvements sociaux pour contester de manière significative au moins un cas d'emprise des entreprises dans chaque région ;
  2. Populariser les outils accessibles dirigés par les membres pour renforcer une campagne sur l’emprise des entreprises en tant que concept qui va au-delà de la corruption et s'inscrit dans une réalité dangereuse où les services publics sont privatisés, les entreprises dictent les politiques et l'élite économique contrôle les mécanismes législatifs, exécutifs et juridiques ;
  3. Identifier et engager des cibles stratégiques mondiales et régionales clés en tant que réseau
  4. Se connecter et contribuer au travail à l'échelle du réseau pour faire avancer les alternatives économiques centrées sur la communauté.

Ces objectifs continuent d'être discutés par le groupe consultatif du projet afin de finaliser un plan de projet de deux ans sur l'emprise des entreprises qui énumérera également les stratégies et les tactiques qui permettraient de répondre aux objectifs mentionnés précédemment.

Le dernier jour de la réunion, les participants ont examiné la possibilité d'une campagne à l'échelle du réseau, à laquelle participeraient tous les membres du Réseau-DESC et qui serait axée sur l'emprise des entreprises et les droits fonciers. Entre autres plans, à l'horizon 2020, les membres envisagent d'approfondir la sensibilisation en cours sur l'emprise des entreprises, par le biais de matériels accessibles pour soutenir les campagnes au niveau national et l'apprentissage interrégional.  En attendant, les membres continuent d'envisager d'autres plans de campagne, y compris éventuellement une journée d'action coordonnée, des recherches en cours à travers d’études de cas et de nouveaux matériels de communication, entre autres propositions émergentes.

Veuillez contacter Mona Sabella à : msabella@escr-net.org pour plus d'informations sur le projet de ESCR-Net sur l'emprise des Entreprises.

Groupe(s) de Travail :